La première étape 1972-1981

Des démarches en faveur de l’abbaye.

Elle est caractérisée d’abord par des démarches, entreprises par M. René Le Gall, Président, auprès des divers Responsables des Services administratifs, en vue de susciter un intérêt plus grand envers le site de Saint-Mathieu et ses monuments. Il s’agissait avant tout de conserver et consolider l’abbaye et de mettre en valeur le site. Une réunion importante eut lieu à  Saint-Mathieu le 2 février 1973. On y notait la présence de MM. Caillaud et Sollais, Architectes du Service des Bâtiments de France, de M. Sanquer, des Antiquités historiques de Bretagne, du Capitaine de frégate Favre, de la Préfecture maritime, de M. Le Gall, du Service des Phares et Balises, de M. Le Corre, maire de Plougonvelin, de M. Villacroux ,recteur et de M. le Gall, président de l’association « Les Amis de Saint-Mathieu ».

L’abbaye est examinée sous tous les angles : lézardes, inclinaison des pignons sud etc… Déjà  pratiquement tous les aspects de l’amélioration du site sont passés en revue : le dégagement de la façade romane, des fouilles pour retrouver l’emplacement de l’ancienne fontaine, les restes des tours de l’ancien rempart, les limites de l’ancienne ville. La création d’un musée est envisagée ainsi que l’organisation de manifestations artistiques ou spirituelles.

Le 20 mars suivant, une réunion se tient à la Sous – Préfecture de Brest. Plusieurs points sont étudiés : la destruction des maisons en ruines au sud-est de la chapelle, le relogement des sémaphoristes afin de dégager la façade romane etc…

M. André Cheminant, Conseiller général du canton de Saint-Renan, intervient en faveur de Saint-Mathieu au Conseil Général.

En 1977-1978, d’importants travaux sont réalisés par le service des Monuments historiques : mise en place d’une toiture sur la voûte restante, consolidation des pignons sud. Cependant les arcades du fond de la nef continuent de pencher dangereusement. Le projet de déplacement des bâtiments de la Marine n’est pas réalisé. Sans doute est-il difficile de trouver un emplacement qui convienne aux uns et aux autres.

Les célébrations

Dès 1971, M.Villacroux organisa des célébrations dans l’abbaye. L’accent était mis sur le renouveau religieux que constituaient ces messes dans l’abbatiale restée vide et silencieuse depuis la Révolution. Une certaine émotion, le sentiment de faire revivre quelque chose d’important, animaient les nombreux participants. Les premières années, il y eut deux messes chaque été : le troisième dimanche de juillet, en l’honneur de Sainte Anne et le troisième dimanche d’août en l’honneur de Saint Mathieu. Elles étaient présidées par des prêtres amis de la paroisse, qui faisaient à  M.Villacroux l’amitié et l’honneur de présider ces cérémonies.

Brochure et recherche historique

Les échos de ces manifestations se répandirent dans la presse, suscitant intérêt, courrier et adhésions à  l’association. .M. Villacroux, secrétaire assumait l’essentiel du travail : plus de 200 lettres reçues ou expédiées entre 1972 et 1981.

Tout de suite aussi il voulut rédiger une brochure historique sur Saint-Mathieu. Il rassembla des renseignements et documents et confia la rédaction de l’ouvrage à  M. le Chanoine Eliès. La première édition de  » Plougonvelin Saint Mathieu de Fine -Terre » parut en 1972. D’autres éditions suivirent.

Le premier thème de recherche sur  » les Cartographes du Conquet » fut mené en 1974 et 1975 et motiva des visites de M. Villacroux à  la Bibliothèque Nationale puis à  la Bibliothèque du Château de Chantilly. A partir des diapositives obtenues M Villacroux réalisa des cartes de grandes dimensions, destinées à  prendre place dans un musée.

A partir de 1975, pour répondre à  une demande d’un professeur de Grenoble, M. Villacroux entreprit une recherche sur Godefroy de Viterbe et ses écrits, recherche qui allait le mener à  travers la France et l’Allemagne, et aboutir à  une étude parue en 1979 dans la revue belge Kadath, grâce à  M. Louis Kervran, ( lui-même spécialiste des Navigations de Saint Brendan) et en 1981 dans le Bulletin de la Société Archéologique du Finistère. Ce fut également le thème d’une des conférences du Colloque de 1994.

Godefroy de Viterbe était un moine bénédictin allemand, secrétaire de l’empereur Frédéric Barberousse puis de Henri VI, son fils. Il rédigea une histoire universelle depuis la Création jusqu’à  son époque : Le Panthéon. Quelques pages concernent un voyage sur mer qu’auraient fait des moines de Saint-Mathieu à  une époque difficile à  déterminer. M. Villacroux compulsa de nombreux manuscrits à  la bibliothèque Nationale de Paris et dans plusieurs bibliothèques d’Allemagne pour trouver le récit de ce voyage et plus particulièrement les lignes qui mentionnent le monastère de Saint-Mathieu :  » Aux confins de l’océan, il y a un lieu, le dernier du monde…etc». Tous ces manuscrits sont en latin. M. Villacroux a transcrit et traduit le texte qui concernait la navigation des moines.

Pour connaître ce récit on peut se reporter aux publications de l’Association et au résumé présenté dans l’exposition du Musée.

Le patrimoine

Une première exposition sur le Patrimoine local fut également mise en place dans la chapelle Notre Dame de Grâce.

L’Association servit de relais pour recevoir les souscriptions destinées à  la croix du nouveau cimetière dans lequel les tombes des familles prenaient place peu à  peu. La commune compléta la somme par une subvention. Cette croix monumentale fut dessinée en 1976 par Fr. Férec. M. Villacroux contacta M. André, responsable d’une carrière à Languédias ( (Côtes d’Armor) afin d’obtenir les pierres de grandes dimensions nécessaires à  l’ouvrage. La croix fut inaugurée le 12-9-1983, en présence du carrier et de M. F Fourn, de Locmaria – Plouzané qui avait réalisé le montage délicat des pierres.

En 1980, quelques membres, en particulier des jeunes, participèrent à « L’année du Patrimoine» en faisant l’inventaire des croix de Plougonvelin. Cette même année voit la restauration du clocher de Saint-Jean à  laquelle prirent part M. et Mme Louis Daniélou. En 1973 l’Association avait participé à  des travaux d’amélioration de la chapelle.

La découverte d’une croix particulièrement intéressante à  Tréflez donna à  M. l’abbé Castel l’occasion d’étudier le cadastre ancien de ce secteur de la commune. Son article : Le Minihy de Saint-Aouen parut dans le B. S A F .en 1981.

Fouilles archéologiques

De 1972 à  1974, des fouilles sont menées par M. Alain Boulaire et un groupe de jeunes du Collège naval. Quelques uns des objets trouvés ont pris place ultérieurement dans le musée, en particulier un beau chapiteau roman provenant de l’ancien cloître.

Nouvelle orientation

M. Jean – René Le Gall s’éteignait en Juillet 1977 après quelques mois de maladie. Un hommage lui fut rendu par M. François Férec, vice-président , au cours de l’assemblée générale du 21 août . Après une carrière dans la Marine, M. Le Gall avait consacré quelques années au service de la Commune de Plougonvelin. Il a contribué avec M. Villacroux à  la création de l’association et a participé à  ses premières activités. Il a ouvert par ses démarches un sillon que d’autres aujourd’hui s’efforcent de mener à  bien dans le cadre de l’Association, de la Commune et du Syndicat mixte pour l’aménagement et la protection du site de Saint-Mathieu. .

Le conseil d’administration, qui s’est tenu le 21 août a élu comme présidente Mademoiselle Marie-Claire Cloître, professeur d’histoire et géographie à  Brest. Elle a fait part à  l’assemblée de son intention de mieux connaître la personnalité et la vie des religieux qui ont vécu à  Saint- Mathieu. C’est une étude toujours en cours à  travers des documents anciens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *